Un mauvais confinement

J’ai été à Gap le 15/03/2020 un jour avant le confinement.

Je suis un peu triste parce que je ne savais pas où aller.

J’ai retrouvé un jeune homme qui m’a aidé à me trouver un endroit pour dormir.

Le lendemain de mon évaluation c’était fermé parce qu’ils nous ont confinés le 16 mars. Du coup, je suis resté dans un endroit où je ne veux pas qui est le Cesai.

Après le confinement, je suis parti faire mon évaluation, ils m’ont transféré pour aller dans un foyer pour des mineurs comme moi.

KOUDOUS

Un long confinement

J’ai vécu le confinement dans ma chambre à l’hôtel.

J’étais avec mon frère, ma petite sœur et ma maman à l’hôtel.

Je me sentais contrarié car je ne pouvais pas sortir ni faire mes sports préférés (foot, course à pied, escalade…).

J’étais aussi bien satisfait, tant que mes frères et ma mère étaient avec moi : c’était l’essentiel.

Moi je me suis ennuyé, je suis resté sur mon lit sans rien faire, je lisais rarement car il y avait surtout des livres pour mes petits frères.

Je jouais avec mes frères pour faire passer le temps.

Je n’ai pas pu travailler à l’hôtel parce qu’il n’y avait pas de wi-fi.

Reportage photo à la maison

Le confinement joyeux

J’ai vécu le confinement dans ma chambre dans un foyer à Paris.

J’étais tout seul.

Je parlais avec ma famille sur messenger et après je sortais pour marcher.

Je mangeais au restaurant du foyer avec mon copain.

J’étais enjoué.

Quand le confinement s’est terminé, je suis allé en Turquie.

MOHAMMAD

Enjoying the first days out after the nearly 2 months of confinement ended.

Le confinement très choquant

Confinement

Le confinement a commencé avant que je sois rentré en Italie.

En Italie, dans notre centre, j’étais le seul togolais

Je vivais avec les gambiens, les maliens et les ivoiriens.

Et ce qui m’a étonné c’est le nom qu’on a donné à cette maladie.

Le nom de cette maladie commence par (C) et ça a commencé en Chine(c), on porte les cache-nez(c), confinement(c), couvre feu(c), quand on l’attrape on dit contamination(c), quand tu meurs on te met dans le cercueil (c) et on t’amène au cimetière ©

Cela m’a vraiment enseigné que c’est un examen de Dieu, parce que la maladie a fait le tour du monde : c’est vraiment dommage!

Un triste confinement

Le confinement, il m’a trouvé en Espagne, à Madrid, avec mes amis.

J’étais triste et je m’ennuyais. J’étais blessé et préoccupé. Je me demandais quand ça allait finir.

Le confinement s’est terminé en juin, on ne pouvait pas se regrouper. On pouvait être au maximum à dix personnes et avec un masque obligatoire.

Je suis venu en France, à Gap parce que je ne parle pas l’espagnol, c’est tout. La frontière a été ouverte en août.